Hodler, Klimt und die Wiener Werkstätte
Kunsthaus Zürich
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte
Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte - Ausstellungsansicht

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte

Aller au Kunsthaus de Zürich est toujours un moment très agréable surtout quand nous avons le plaisir renouvelé de voir des œuvres d'artistes qui nous sont familiers tels que Ferdinand Hodler (1853-1918), Gustav Klimt (1862-1918) – œuvres que nous avons déjà vues, pour certaines. Cette exposition qui met en scène : peintures, dessins, meubles, articles de joaillerie, les travaux de Joseph Hoffmann, architecte et designer (1870, Brtnice – 1956, Vienne), architecte, designer, co-fondateur du Wiener Werkstätte (créée en 1903), un des principaux acteurs de la Sécession viennoise et grand innovateur du XXe siècle. Cette exposition, qui rassemble environ 160 objets, est placée sous le commissariat de Tobias G. Natter, ancien directeur du Leopold Museum de Vienne, auteur notamment de deux catalogues raisonnés des peintures de Klimt (2012) et d'Egon Schiele (2017). Contextualisant Ferdinand Hodler (lequel a 51 ans) dans l'histoire de la Sécession viennoise où il participa à sa 19e exposition, en 1904. Il rencontre Klimt. Hodler, qui séjourna plusieurs semaines lors de son exposition, prendra connaissance du Jugendstil viennois. Il fait la connaissance d'Hoffmann, de Koloman Moser. Les viennois lui apportent la reconnaissance et espère que les suisses en tiendront compte. L'exposition présente notamment l'habitat de la famille Hermine et Moriz Gallia. Le design de leur appartement est dessiné par Hoffmann comme le montre les photographies. Le portrait d'Hermine Gallia est peint par Klimt en 1904, il est prêté par la National Gallery de Londres. Impressionnant et très beau.

Hodler eut la chance d'avoir comme collectionneur l'industriel Carl Reininghaus qui acquerra les œuvres majeures de cette exposition, notamment "Der bewundderte Jüngling" (Jeune admiré par les femmes), et La Vérité ("Die Wahreit"). Bien des années plus tard, ces œuvres entreront au Kunthauss après la mort de Reininghaus. Mais c'est, par ailleurs, l'artiste-designer peu connu chez nous, Dagobert Peche qui est représenté et mis en exergue ici, pour notre plus grand plaisir de découverte.

Dagobert Peche est autrichien, il est né le 3 avril 1887 à Sankt Michael-Lungau, près de Salzbourg - décédé le 16 avril 1923 à Modling, près de Vienne. Il a fait des études d'architecte à la Technische Hochschule et à l'Akademie der bildenden Künste de Vienne. Cet artiste-designer (qui travailla aussi les métaux) fut le directeur artistique de la branche zurichoise de la Wiener Werkstätte, fondée en 1917, à Zurich, sise dans la Banhhofstrasse, jusqu'en 1919. Cette exposition permet, entre autres, de montrer ses créations diverses en parallèle avec la Sécession viennoise. Comme l'ont noté des chercheurs et des conservateurs de musée, Josef Hoffmann a écrit que "Dagobert Peche était le plus grand génie ornemental que l'Autriche ait produit depuis le baroque". C'est la raison pour laquelle on a mentionné à son propos qu'il a introduit le style de "baroque hérissé", au début des années 1920, inspiré en partie des arts populaires, et en utilisant des éléments floraux, des animaux et des figures humaines comme motifs décoratifs. La critique qu'il aborde et revisite avec "une théâtralité ludique" les motifs décoratifs du baroque et du rococo dans les arts décoratifs, en conjuguant couleur, rythme et forme dans la composition afin d'obtenir "un effet moderne et sophistiqué". Il avait rejoint la Wierner Werkstätte en 1915. Il exposera ensuite à la Deutscher Werkbund Exhibition à Cologne, puis en devient co-directeur en 1916. Certains dessins de motifs de tissus sont visibles dans cette exposition, comme les objets utilitaires, etc. Dagobert Peche a conçu de nombreux supports, des papiers peints, des textiles, des meubles, du verre, des bijoux, des jouets et des objets en métal. Il a travaillé en tant que graphiste, produisant des cartes postales, des invitations, des ex-libris et des affiches. (1) Il avait pour habitude de renverser la formule consacrée "la forme suit la fonction", en mettant en valeur les formes décoratives avant les formes fonctionnelles.

Cette exposition nous fait revivre un passé totalement novateur où l'imaginaire des artistes inventait de nouvelles propositions esthétiques en Europe et une manière de vivre autrement, à l'approche de la première guerre mondiale, et pour les générations futures. A découvrir.

Hodler, Klimt and the Wiener Werkstätte

Going to the Kunsthaus Zürich is always a very pleasant moment, especially when we have the renewed pleasure of seeing works by artists we are familiar with, such as Ferdinand Hodler (1853-1918) and Gustav Klimt (1862-1918) - some of which we have already seen. This exhibition featuring paintings, drawings, furniture, jewellery, the works of Joseph Hoffmann (1870, Brtnice - 1956, Vienna), architect, designer, co-founder of the Wiener Werkstätte (founded in 1903), one of the main actors of the Vienna Secession and a great innovator of the 20th century. This exhibition, which brings together some 160 objects, is curated by Tobias G. Natter, former director of the Leopold Museum in Vienna, and author of two catalogues raisonnés of paintings by Klimt (2012) and Egon Schiele (2017). Contextualising Ferdinand Hodler (who was 51 years old) in the history of the Vienna Secession, where he participated in its 19th exhibition in 1904. He met Klimt. Hodler, who stayed for several weeks during his exhibition, became acquainted with the Viennese Jugendstil. He met Hoffmann and Koloman Moser. The Viennese brought him recognition and hoped that the Swiss would take it into account. The exhibition shows the living quarters of the Hermine and Moriz Gallia family. The design of their flat is drawn by Hoffmann as shown in the photographs. The portrait of Hermine Gallia was painted by Klimt in 1904 and is on loan from the National Gallery in London. Impressive and very beautiful.

Hodler was fortunate to have the industrialist Carl Reininghaus as a collector, who acquired the major works in this exhibition, notably "Der bewundderte Jüngling" (The Young Admired by Women), and The Truth ("Die Wahreit"). Many years later, these works would enter the Kunthauss after Reininghaus' death. But it is the little-known artist-designer Dagobert Peche who is represented and highlighted here, to our great pleasure of discovery.

Dagobert Peche was born on 3 April 1887 in Sankt Michael-Lungau near Salzburg and died on 16 April 1923 in Modling near Vienna. He studied architecture at the Technische Hochschule and the Akademie der bildenden Künste in Vienna. The artist-designer (who also worked with metals) was the artistic director of the Zurich branch of the Wiener Werkstätte, founded in 1917, in Zurich's Banhhofstrasse until 1919. Among other things, this exhibition shows his various creations in parallel with the Vienna Secession. As scholars and museum curators have noted, Josef Hoffmann wrote that "Dagobert Peche was the greatest ornamental genius Austria had produced since the Baroque period". This is why it has been mentioned that he introduced the style of "spiky baroque" in the early 1920s, partly inspired by folk art, and using floral elements, animals and human figures as decorative motifs. His criticism is that he approaches and revisits with 'playful theatricality' the decorative motifs of the Baroque and Rococo in the decorative arts, combining colour, rhythm and form in the composition to achieve 'a modern and sophisticated effect'. He joined the Wierner Werkstätte in 1915. He later exhibited at the Deutscher Werkbund Exhibition in Cologne and became its co-director in 1916. Some of the designs of the fabric patterns can be seen in this exhibition, such as the utilitarian objects, etc. Dagobert Peche designed many media, wallpapers, textiles, furniture, glass, jewellery, toys and metal objects. He worked as a graphic designer, producing postcards, invitations, bookplates and posters. (1) He used to reverse the established formula "form follows function", emphasising decorative forms before functional ones.

This exhibition takes us back to a totally innovative past where the imagination of artists invented new aesthetic proposals in Europe and a different way of living, in the run-up to the First World War, and for future generations. To be discovered.
 
 
 
Patrick Amine
Zürich, Août 2021
 

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte - Dagobert Peche

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte - Dagobert Peche

Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte (Ateliers Viennois) - 21/05 - 29/08/2021
Kunsthaus ZÜrich - Museum Heimplatz 1, CH 8001 Zürich, Suisse
tél. : +41 44 253 84 33
www.kunsthaus.ch

Note sur Dagobert Peche :
Outre son travail pour la Wiener Werkstätte, Peche a également conçu des textiles et des tapis pour Johann Backhausen & Söhne, des céramiques pour Vereinigte Wiener & Gmundner Keramik, des bijoux pour Oskar Dietrich, des meubles pour J. Soulek et des papiers peints pour Max Schmidt et Flammersheim & Steinmann. Référence : Peter Noever, Dagobert Peche et la Wiener Werkstätte. New Haven : Yale University Press, 2002. Publié à l'occasion de l'exposition organisée à la Neue Galerie New York, Musée d'art allemand et autrichien. Certains visuels proviennent du Museum purchase from Smithsonian Collections Acquisition and Decorative Arts.

images Hodler, Klimt et la Wiener Werkstätte en pdf

accueil     vos réactions     haut de page     retour